Quand on parle d’activités d’innovation, on pense souvent aux grands groupes ou aux startups. Cependant, un segment d’entreprises est fréquemment oublié : les entreprises de taille intermédiaire (ETI). Ce sont des entreprises de 250 à 4 999 employés avec un chiffre d’affaires inférieur à 1,5 milliard d’euros.

 

Même si elles sont généralement caractérisées par leur patrimoine et une capitalisation familiale, les ETI contribuent de manière significative à la croissance économique nationale et mondiale. Une enquête menée auprès de 2 766 dirigeants d’entreprises de taille intermédiaire dans 21 pays et dans 9 secteurs différents révèle qu’en 2018 :

 

  • 60% de ces entreprises visent une croissance de 6 à 10%
  • 27% visent une croissance supérieure à 10%

Elles nourrissent donc des objectifs de croissance ambitieux et pour se faire, les chefs d’entreprise de taille intermédiaire prévoient des investissements plus élevés, créent plus d’emplois à plein temps et mettent en œuvre plus de technologies de rupture que les grands groupes. Du moins, ce sont leurs objectifs… Car il a été prouvé que la seule hausse des dépenses en R&D n’entrainait pas nécessairement de meilleure performance en innovation.

La PME étant le lieu naturel de l’entrepreneuriat et les ETI assurant la transition entre la PME et la grande entreprise, il est intéressant analyser l’évolution de la dynamique entrepreneuriale dans l’ETI. Elles font face à un paradoxe : préserver la dynamique entrepreneuriale et développer la logique managériale. Pour les managers d’ETI, cela implique de trouver un juste équilibre entre les deux démarches et de mieux accompagner les équipes, inquiètes de devoir faire le deuil de la PME.

 

Il est d’autant plus intéressant de se pencher sur le rapport des ETI avec l’innovation qui comme nous l’avons dit, déploient des investissements relativement conséquents. 

Comment s’intègre l’innovation dans la stratégie des ETI ? Quelles sont leurs particularités et leurs ambitions en matière d’innovation ? L’innovation est-elle devenue indispensable pour une entreprise de taille intermédiaire ?

 

Il n’y a pas d’entre-deux

La disruption peut constituer une menace ou une opportunité pour les entreprises de taille intermédiaire. C’est à elles de décider et de tirer parti des nouvelles technologies afin d’éviter d’être disruptées. Dans une enquête sur l’innovation au sein des ETI établie en 2018 :

 

  • 51% des dirigeants ont répondu que leur entreprise n’était « pas du tout » ou « légèrement » vulnérable aux perturbations ;
  • Seulement 10% ont estimé qu’ils étaient « assez vulnérable ».

 

Cet optimisme a un résultat direct : la majorité des entreprises de taille intermédiaire ne se prépare pas suffisamment à la disruption. Le fait que les cadres ne se soient pas préparés davantage aux disruptions – seulement 16% l’étaient en 2017 et 2018 – indique que, pour la majorité, la lutte contre la disruption n’est pas une priorité. Ceci signifie qu’ils rateront sans doute l’occasion d’être un disrupteur de leur industrie, voir qu’ils se feront disrupter.

Rien de nouveaux ?

Quel que soit leur point de vue sur l’innovation et la disruption, les dirigeants d’ETI ne mettent pas la stratégie et les activités d’innovation au centre de leurs préoccupations.

 

Selon une étude de BPI France :

  • 55% des PDG d’ETI mettent l’accent sur l’optimisation des coûts ;
  • 40% sont focalisés sur la visibilité et l’image de leur marque
  • 38% se concentrent sur l’amélioration globale de leurs offres.

 

Dans le même rapport, 90% des dirigeants d’ETI françaises pensent que l’innovation est le principal levier de développement de leur entreprise ! C’est ici un autre exemple de la façon dont les problèmes urgents et court terme nuisent à la résolution de problèmes plus critiques, mais non urgents.

Danger à l’horizon

Hors de nos frontières, ces dernières font face à la concurrence internationale. Elles n’ont d’autre choix que d’innover pour rester compétitives et gagner des parts de marché. Depuis plusieurs années, innover est devenu un atout, voire une nécessité. En 2016, près de trois ETI sur cinq ont innové en investissant dans la R&D, en déposant un brevet, en lançant un nouveau produit ou en acquérant une licence.

 

Une stratégie d’innovation est utile aux ETI afin de se projeter à moyen terme, mais également d’accompagner leur développement à l’international sur des marchés mondiaux, très différents qui nécessitent un forte capacité d’adaptation.Cette innovation répond à un besoin d’agilité, de rester compétitif, de pérenniser l’entreprise, de fidéliser ses talents surtout auprès des jeunes générations et de marquer son empreinte sociétale à travers l’innovation.

    Quels sont les besoins des ETI d’aujourd’hui ?

    L’innovation peut compter aujourd’hui sur la numérisation et le digital qui est un moyen d’atteinte, mais pas une fin en soi. Le digital dans notre cas, donne une visibilité aux idées, aux projets, aux collaborateurs, ce qui lui confère un rôle de facilitateur et d’assistant dans les démarches d’innovation. Le numérique a la force d’assister les organisations de la phase de réalisation jusqu’à l’expérience client en mettant en relation les collaborateurs ensemble comme avec les parties prenantes.

     

    Les collaborateurs ressentent aujourd’hui de forts besoins en formation en interne, ils veulent évoluer dans leurs métiers. La formation a aussi vocation à fidéliser les talents, caractéristique prévalente dans la réussite des entreprises aujourd’hui. Il paraît donc important d’aider les collaborateurs à migrer au sein de l’entreprise plutôt qu’il ne le fasse vers l’extérieur en capitalisant sur les savoirs acquis tout au long des diverses périodes que connait l’entreprise.

     

    Investir dans des innovations incrémentales était une stratégie suffisante pour les entreprises de taille intermédiaire avant l’ère de l’innovation intensive. Désormais, la situation a changé, les cycles d’innovation étant aujourd’hui de plus en plus courts et disruptifs. Avec le rythme d’innovation actuel et les disruptions de plus en plus fréquentes, les ETI ont besoin plus que jamais d’une stratégie d’innovation adaptée afin d’accroître leur compétitivité sur le long terme, non seulement sur leur marché national, mais également sur la scène mondiale où la concurrence fait rage.

    vous souhaitez en savoir plus

    sur l’offre campus impulse ?