Le management bienveillant, un outil au service de la performance de l’entreprise

Le management bienveillant n’a pas bonne image, il apparaît comme une simple mode jugée peu efficace pour la performance de l’entreprise car trop humaniste.

Le sujet est apparu assez tardivement dans les entreprises françaises et a fait suite à la prolifération des suicides chez France Télécom et Renault il y a aujourd’hui dix ans. La France est encore en retard sur ses concepts alors que les sujets du management centré sur l’humain et la qualité de vie au travail existent depuis bien longtemps dans les pays nordiques et anglo-saxons.

Sans bienveillance, pas de performance possible. Une étude de juin 2019, réalisée par CadreEmploi auprès de 1 123 cadres français a indiqué qu’au moins la moitié d’entre eux estiment avoir connu des symptômes du burn-out selon un excès de pression professionnelle (63%), une très lourde charge de travail (59%), un manque de reconnaissance pour le travail accompli (54%) ou encore du stress (53%). Ce sont des facteurs sur lesquels le management bienveillant agit.

Voici cinq bénéfices du management bienveillant sur la performance de l’entreprise :

 

Moins d’absentéisme

 

Une étude réalisée par l’Institut Sapiens a montré qu’un salarié français est en moyenne absent 10,1 jours par an dans le secteur privé et le chiffre augmente dans le secteur public avec 17,8 jours par an. Cet absentéisme a un coût économique annuel de 108 milliards de d’euros.

Une deuxième étude fournie par Malakoff Médéric de 2019 a mis en évidence que les deux tiers de l’absentéisme sont directement dus au travail et plus particulièrement au stress et à la surcharge de travail.

C’est dans cette situation que le management bienveillant prend sa source en prêtant attention aux notions de bien-être au travail. En étant attentif à la pression exercée sur les salariés, ils se sentent écoutés et s’impliquent d’avantage ce qui augmente leur productivité.

Ce concept est d’autant plus important qu’une étude Gallup a montré que les français comptent parmi les salariés les moins engagés d’Europe, avec un taux d’engagement vis-à-vis de leur travail porté à 6%.

 

Une meilleure productivité

 

Comme nous l’avons vu précédemment, il y a de nombreuses études qui montrent le lien entre bien-être au travail et productivité des salariés. Selon l’Université de Warwick, être heureux au travail augmenterait la productivité de près de 12%. Mais qu’est-ce que le bonheur au travail? Le bonheur au travail est souvent assimilé au confort que l’on porte au sein de l’entreprise et souvent au niveau de l’environnement de travail. Or, le bonheur au travail est un travail de fond des modes de management c’est-à-dire tous les éléments constitutifs de la vie en entreprise. Par exemple, il est difficile de croire qu’un salarié se sentira heureux et donc engagé avec un manager distant, ne pratiquant pas de feedback et utilisant des modes de communication agressifs.

Résultat de recherche d'images pour "management bienveillant"

 

Ralentissement du turnover

 

Que fait un salarié qui se sent démotivé ? Soit il reste sans être engagé et n’apporte qu’une faible plus-value, soit il démissionne. Un collaborateur qui quitte son poste a un fort impact sur l’activité car cela induit automatiquement du temps pour trouver son successeur mais également pour le former. Une multiplication des démissions a également un impact sur le moral de l’équipe, cela signifie qu’il y a mieux ailleurs. Un turnover faible n’est pas nécessairement révélateur de performance économique. Toutefois, cela montre un certain climat social favorable.

Il faut prendre en compte le cercle vicieux du turnover, plus il est élevé, plus il continuera sa progression, les salariés communiquant entre eux, ils pousseront indirectement les autres à se questionner sur leurs conditions de travail.

 

Une image d’entreprise embellie

 

Il ne faut pas sous-estimer le bonheur au travail car un salarié heureux réalisera indirectement une bonne publicité de son entreprise auprès de son entourage ainsi qu’à ses confrères. Or, ce qui fonctionne de manière positive fonctionne aussi de manière négative. A l’échelle d’une personne, les conséquences en cas de mauvaise publicité sont minimes, mais lorsque le phénomène est global alors il ne faut pas attendre que les talents se bousculent à la porte de l’entreprise.  L’enjeu réside alors à s’assurer d’attirer et de retenir de futurs talents mais également des dirigeants.

Résultat de recherche d'images pour "management bienveillant"

 

La créativité renforcée

 

Plus le climat social de l’entreprise sera fermé et tendu, moins vos collaborateurs seront sources de propositions refusant de prendre des risques et de proposer de nouvelles solutions. A l’inverse, le management bienveillant met en avant la prise de risques comme l’apprentissage derrière chaque erreur. L’erreur est ainsi vue comme une étape vers le succès. Les exemples ne manquent pas comme l’ont vécu les grands Steve Jobs ou Bill Gates en tant qu’entrepreneurs. Comme nous l’avons vu dans un précédent article, l’innovation passe par l’essai ce qui rend le droit à l’erreur essentiel pour la créativité et l’engagement. Comment une entreprise pourrait-elle exister dans cinq ou dix ans sans innovation et sans prise de risque ?

 

Il ne faut pas attendre une crise pour changer de méthode de management. En effet, selon une étude Cadréo publiée en juin 2019, 40% des managers français ont profité d’une formation en management et sept cadres sur dix se jugent « bons » ou « très bons » managers alors que dans le même temps, trois collaborateurs sur dix partagent cet avis. La mutation des méthodes de management n’est pas à prendre à la légère car elle est profonde, elle engage tout le monde pour des résultats qui ne peuvent se mesurer à court terme. Ses résultats peuvent toutefois être significatifs en attirant de nombreux talents et en favorisant la créativité et donc la performance de l’entreprise.

 

Grâce à nos solutions, nous tentons justement de transformer vos interactions en les rendant bienveillantes à chaque étape de vos processus d’innovation. Nous mettons en avant la créativité et la collaboration entre salariés et nous favorisons les retours positifs.